top of page

La spirale mystique

Voyages imaginaires de la musique

Un parfum ténu peut, dans l'instant, nous projeter comme en un vertige jusqu'aux racines de notre être. Une sensation fugitive a brusquement conféré une verticalité à toute notre existence, nous reliés par une simple odeur à d'autres lieux, à d'autres époques. La perception de cet instant nous a modifiés. La mesure de ce changement en nous est la spirale: c'est l'itinéraire de notre voyage vers le point où nous sommes, mais à un autre palier.


Toutes nos expériences sont semblables à ce parfum envoutant : nous nous retrouvons sans cesse dans des situations, toujours les mêmes, lassantes à force d'être familières, tant que nous ne les avons pas maîtrisées à la lumière de leurs précédents tours de roue. Plus nous les maîtrisons, plus raide est la pente de la spirale, à la mesure de notre changement. La spirale que nous parcourons dans la vie est un moyen de  nous comparer à nous-mêmes à ce que nous étions et d'évaluer notre changement depuis la dernière fois que nous étions dans telle ville, que nous avons rencontré notre frère ou célébré Noël. Le temps lui-même est cyclique, et dans la spirale de ses saisons nous mesurons le progrès  et l'approfondissement de notre entendement.

Notre spirale personnelle est la maison que nous construisons pour nous protéger du flux continuel de la vie, pour essayer d'endiguer son torrent qui s'en va vers l'inconnu. Comme c'est l'inconnu qui prédomine toujours, nous serions, sans cet abri, aussi vulnérables qu'un escargot dont la coquille se serait développée cylindriquement.

La pente raide d'un sentier direct est impraticable pour la plupart d'entre nous. Les mystiques l'appellent "le raccourci", "la voie de l'Illumination"; mais ce qui éclaire le mystique, aveugle l'homme ordinaire, non préparé à recevoir la lumière de la pleine connaissance. Pour lui, la vérité non voilée est la mort; il faut faut une ascension graduelle et la rassurante protection de ses courbes en pentes douces.

MUSIQUE & SPIRALE : Flux, forme et symbole

Comme toute ce qui existe aux échelons inférieurs de la réalité, la musique est un symbole. Il représente l'éternité, car elle peut se prolonger indéfiniment.

Mais parce que nous ne pouvons concevoir l'infini qu'en nos propres termes finis, nous sommes contraints de limiter l'illimité.

 

La notion d'infini ne nous est accessible que dans une équivalence de limites imposées. Donc, pratiquement, une spirale a une fin; en deux dimensions, sur le papier, nous devons (dans notre monde spatio-temporel) cesser de la dessiner. L'univers et la conscience humaine (le macrocosme et le microcosme) sont un continuum et un tout dynamique, ce qui peut être exprimé par une spirale lorsque, au lieu de l'arrêter, on la dessine autour d'une sphère ou d'un anneau. Elle se rejoint alors et tourne indéfiniment autour de son propre centre.

La musique est une clé universelle et accessible à l'humanité pour défragmenter ses perceptions, en explicitant un certain ordre caché.

Cet ordre, se répercutant jusqu'aux niveaux microscopique et subatomique, structure et reflète à la fois notre conscience.

L'affinage de l'ordre est alors cette alchimie, vieille transmutation de l'homme naturel des métaux vils en l'homme spirituel de l'or pur, par décompositions et accumulations répétées (SOLVE et COAGULA).

bottom of page